L’ailleurs

L’ailleurs

Faux ami, il nous fait croire à l’illusion de l’inconnu, alors qu’il n’est pas de cette nature. L’ailleurs n’est pas un dépaysement ou une trouvaille, il est une retrouvaille. On le croit exotique, alors qu’il réside au plus proche de nous-même. Avoir «la tête ailleurs» est partir à la recherche de soi, d’une partie de nous, qui nous nourrit jusque dans nos rêves, que l’on cherche avec instinct comme le nourrisson, le sein de sa mère. «L’Ailleurs», lorsqu’il prend un caractère capital, se montre fatal, car il pointe l’au-delà. On l’envisage comme la destination du destin, avec tristesse et nostalgie. Pourtant il nous susurre avec humour de ne pas le chercher ailleurs. Car l’Ailleurs de la vie, c’est l’éternel qui nous habite. Cette soif de découvrir dans nos profondeurs les territoires de l’en-dedans que l’on a oubliés de visiter et inconsciemment hâte de retrouver. L’ailleurs est là, offert comme la découverte de notre destin….ation

Intuition Rêve Vocation
Réagir à cet article

Vos commentaires
28.11.2022 | Catherine

Ola Valerie. C’est cela. Etre dans la gratitude
de l’instant nouveau né, c’est l’ailleurs.

Partager