Silence

Silence

Une onde, et la vague s’ensuit. Pas un battement de cil dans la cadence de l’espace. Une bouffée d’air dont les poumons se réjouissent et vers laquelle ils tendent leurs branches, tels des bras vers le ciel. Le silence, sirène des temps oubliés dans le fond des mers, mère patrie du cœur qui n’oublie pas. Rien ne s’imprime, rien ne déprime, l’air pur règne en maître dans le calme de ce paysage sans toile de fond. Le silence raconte tout, mais ne dit rien, ne chuchote pas, mais se présente. Il prend par la main les oubliés, il est leur allié. Ceux qui l’ignorent ne mesurent pas son prix. Tel un firmament de tous les confins des aubes et des crépuscules, dans l’antre du début et les secondes de la fin, il tient compagnie à l’âme qui connaît sa chanson. Liquide amniotique de l’oreille en forme de fœtus, sa nourriture est essentielle à la santé de l’âme. Le silence n’est pas un vide, mais l’écho de la douce musique du cœur. Le silence ne prend pas la parole. Le vide qui s’impose n’est pas le silence. Le silence est la qualité d’un air pur que l’oreille ne sait plus respirer. Il n’est pas une marche forcée dans la solitude, mais un compagnon de promenade dans les méandres de soi, dans les sentiers du cœur. En magicien, il fait apparaître, naître, les plus belles images de paysages oubliés qu’il nous invite à reconnaître. Le silence n’est pas une grotte, mais une voix1 lactée nourricière. Le silence ne s’impose pas, il n’est pas une statue de commandeur, mais un chef d’orchestre dans le ballet des étoiles. Il est le sage maître de l’agitation, le sang de l’âme qui, en lui, retrouve sa symphonie, son harmonie

  1. Il s’agit bien de VOIX lactée.
Étoile Intuition
Réagir à cet article

Vos commentaires
28.03.2021 | Annie Samuelson

Merci ,
Merci pour ce texte magnifique , le relire va être un plaisir à répéter.

29.03.2021 | Florence Sabourin

Essentiel à la santé de l’âme, nous allons re -prendre le temps de nous en occuper. Merci pour cette poésie inspirée

Partager