Le sourire

Le sourire

Le sourire de l’ange. Des guillemets pour ouvrir le dialogue. Porte et direction de la parole du cœur. Le sourire se dessine comme une signature, un laissez-passer, cri du cœur dans la vallée des larmes, désarmant, par lequel tout est acceptable. Envisageable, dévisageable. Le sourire fait tomber les masques, clignoter l’âme qui souhaite prendre la parole, la parole de l’ange. Une grâce. Réflexe du bonheur, ponctuation de joie, parfois hors contexte et sans prétexte, on le dit gratuit, en lui réside l’innocence de l’enfance et la spontanéité de la reconnaissance. Habile séducteur, il sait percer les coffres, faire sauter les serrures de l’enfermement. Cambrioleur habile des joies enfouies, chasseur éternel des nuages noirs. Il chuchote à la peur de cesser de trembler, il murmure à l’inconnu qu’il le reconnaît. Magicien de l’instant. Instantané qui se met à nu. Sa délicatesse sait caresser la roche la plus hostile, attendrir le solitaire effarouché, allumer l’étincelle du plus désespéré. Dans sa candeur il parle vrai, simple, et s’il sait, aussi bien que deux silex font naître le feu, éclairer le visage, il n’est d’aucun artifice. Le sourire a son éloquence sans grandiloquence. Il précède la parole ou la ferme, procède de l’espace du verbe. Du pli de l’œil à la commissure des lèvres, clin d’œil du cœur de l’homme, il s’esquisse puis s’esquive, apparaît et disparaît comme un ange, serait-il notre part d’ange ?

Réagir à cet article

Vos commentaires
23.09.2020 | Albert-Jean ANTONELLI

Quel joli texte , oui « le sourire fait tomber les masques », alors que le masque va figer le sourire, l’étouffer.
Il faudra y penser avant d’obliger un peuple, une génération a porter un accessoire mortifère.
Que la part de l’Ange l’emporte !

23.09.2020 | Patricia saalburg

Peut être plus le sourire du bas du visage mais le sourire des yeux !! Nous n avons pas le choix ….
Trouvons des solutions à cette distanciation sociale obligatoire pour la santé de tous pour un temps ….

23.09.2020 | Catherine Willis

Beau texte, Valerie..

Partager